No Man’s Sky - Le prix de la hype

Par Djianne / 20 octobre 2016

Alors que l’on apprenait le 28 septembre dernier que le studio Hello Games et Valve dans la foulée tombaient sous le coup d’une enquête de la ASA (Advertising Standards Authority) j’avoue avoir eu un moment de jubilation.
Pas vraiment envers le jeu lui-même ou le studio, mais plutôt pour le principe, y voyant comme un premier pas vers la fin du bullshit marketing dont les joueurs sont inondés depuis quelques années.

Et puis les heures passant et avec le recul, il m’est apparu presque regrettable que ce soit finalement Hello Games qui paye les pots cassés d’une campagne sur-médiatisée par Sony pour un jeu qui n’est au final qu’un jeu indépendant d’un studio indépendant.

N’y voyez là aucune connotation péjorative ou élitiste, simplement qu’un studio indépendant, même avec le back up d’un gros ponte, ne pourra jamais atteindre les objectifs du jeu triple A qui nous a au final été vendu depuis sa présentation lors de l’E3 2015.

C’est la page Steam du jeu qui est aujourd’hui l’objet principal de l’enquête menée par la ASA après qu’un internaute, “AzzerUK”, ai porté plainte.

Ce joueur a manifestement entamé cette démarche pour le moins surprenante et couillue dans un esprit, non pas de "hater", mais plutôt de consommateur désabusé qui en a marre de se faire prendre pour un mougeon, comme il l’explique lui-même au journaliste d’Eurogamer :

"AzzerUK", the Reddit user who issued a formal complaint to the ASA, told me he doesn’t feel enraged at No Man’s Sky, Hello Games or Steam, but felt the need to contact the watchdog "after seeing just how vastly different the trailers for No Man’s Sky were from the actual released game".
 
[ AzzerUK, l’utilisateur de Reddit qui a déposé une plainte officielle auprès de la ASA, m’a dit qu’il ne ressentait aucune rage envers No Man’s Sky, Hello Games ou Steam, mais qu’il avait ressenti le besoin de contacter les chiens de garde (comprendre les représentants de la ASA) “après avoir constaté combien la différence entre les trailers de No Man’s Sky et le jeu final était énorme”.] (traduit par @Djianne)

Et je crois que ce genre de remarque pourrait bien correspondre à beaucoup d’autres jeux sortis ces dernières années…

Le fait est que c’est pourtant bien le studio qui se retrouve aujourd’hui dans la tourmente et qui se ramasse les propos parfois justifiés, souvent enragés, des joueurs qui ont découvert que No Man’s Sky n’était pas le messie du jeu d’exploration spatiale qu’ils attendaient.

Et étrangement Sony peine à défendre son poulain tant porté aux nues, allant même jusqu’à rejeter la responsabilité sur Sean Murray pour sa mauvaise communication alors que l’on a bien du mal à imaginer que le studio nippon ai pu laisser le champ libre au petit studio indé lors de la promotion du jeu

Le résultat est que Hello Games se retrouve aujourd’hui cloué au pilori par les joueurs avec bien peu d’espoir d’en revenir, comme l’explique d’ailleurs aussi AzzerUK :

"I feel most people on the Reddit thread wanted to see Hello Games ’punished’ directly though, rather than share my more generalised view that the game’s marketing needs to be brought down to earth a bit more," AzzerUK added.
 
[Je constate que la plupart des gens qui répondent sur mon post Reddit veulent voir Hello Games punit directement pour cela, plutôt que de partager ma vision plus générale que la politique de commercialisation des jeux vidéo a besoin d’être ramenée sur terre] ajoute AzzerUK. (traduit par @Djianne)

Il est donc à craindre que cet épisode n’ait finalement pas l’effet escompté et peut-être même l’effet inverse, jetant l’opprobre sur une scène indépendante qui peine déjà à vraiment sortir la tête de l’eau malgré la "hype" éphémère qui entoure certains heureux élus.

Car même si le sujet de l’enquête ne porte pas sur la qualité du jeu mais sur la différence entre la publicité et le produit fini, ce genre de bad buzz est du genre dont l’on ne revient pas ou rarement, surtout avec une politique de commercialisation propriétaire au prix fort, toutes les ventes et précommandes de clefs par les revendeurs tiers ayant été annulées peu avant la sortie.
Sony avait-il senti arriver la sentence ? Nous pouvons en tout cas nous poser la question…

Reste que ce sont No Man’s Sky et Hello Games qui vont payer le prix fort pour une hype qu’ils n’avaient pas vraiment demandé et dont les conséquences étaient pressenties.

"Une fois notre jeu sorti, NeoGAF va sans doute mettre ma tête à prix ou quelque chose dans ce genre. On sait tous qu’on va y avoir droit..." (Sean Murray)

Ce qui m’étonne encore toutefois c’est qu’un joueur comme AzzerUK, manifestement totalement conscient des dérives du marketing dans le milieu, ai choisi de saisir l’ASA pour un jeu comme No Man’S Sky plutôt que pour un Watch Dogs, un Batman ou un Assassin’s Creed…
L’étiquette “studio indépendant” devrait-elle être moins faillible que “studio triple A” ? Serait-ce une preuve que les joueurs n’attendent plus vraiment grand chose des gros studios et se montrent alors intransigeants avec la scène indépendante censée incarnée l’honnêteté du jeu vidéo ? Ou qu’ils ne voient plus l’éléphant au milieu de la pièce mais seulement son ombre ?

Reste que, comme suggéré par le collectif Un Drop dans la Marre (voir notre article sur les tests de jeux vidéos), prendre en considération le jeu final par rapport aux expectations provoquées par la promotion en amont lors de la notation devrait faire parti des critères de base, au même titre que les graphismes, la jouabilité ou encore le scénario.
Un moyen enfin, de sanctionner équitablement les dérives d’un marketing poussé aux limites de la publicité mensongère…

Mise à jour du 30 novembre 2016

L’ASA a conclu que No Man’s Sky ne faisait pas dans la publicité mensongère, compte tenu de sa nature procédurale.

Résumé de l’argumentaire :

« Nous avons compris que, comme NMS est généré de manière procédurale, alors les expériences des joueurs peuvent varier des outils enregistrés pendant leurs parties. La description du jeu est claire sur sa nature procédurale, sur le fait que l’univers est infini et que l’exploration en est le coeur. De fait, nous avons considéré que les consommateurs doivent comprendre que les images et les vidéos sont représentatives du type de contenus pouvant être rencontrés, mais qu’ils ne verraient pas spécifiquement ces créatures, ces environnements, ces batailles et ces structures. Nous avons considéré aussi que les vidéos supplémentaires fournies par Hello Games montraient des séquences de gameplay similaires à celles des publicités. »

A lire l’article complet sur Numerama.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Djianne

Rédactrice en chef de BrainRoster et présidente de BrainToaster. Particularités : grande maîtrise de la caféine en intraveineuse, -12 en diplomatie, pond environ 10 idées banco à la minute.

Vos réactions