Edito #1 - Janvier 2016

Par Djianne / 9 janvier 2016

Se lancer dans la création d’un site internet d’information aujourd’hui peut sembler relativement, voir totalement, suicidaire compte tenu notamment :

  • de la concurrence
  • des modes de financements du net basés sur la publicité qui sont à bout de souffle
  • de la difficulté d’introduire le concept d’un contenu payant à une communauté habituée au “tout gratuit”
  • de la légende urbaine (fondée ou non) que les internautes ne lisent plus et ne recherchent que du contenu instantané en moins de 140 mots.
  • des réseaux sociaux qui ont supprimé les intermédiaires entre la source de l’information et les consommateurs.

Partant de ce constat il est évident que la transmission de l’information via internet va subir des mutations dans un futur proche et pas forcément pour le meilleur.

Lorsque nous apprenons que des sociétés parviennent à lever des fonds (20 millions de dollars pour être précise) pour résumer l’information en 60 mots maximum, nous pouvons forcément nous poser la question de l’évolution de ce marché de la news “fast feed” : une information résumée à tel point qu’elle en perd sa substance, prend ses distances, se déshumanise et disparaît aussi vite qu’elle est apparue…

N’est ce pas cela au final le plus grand “mal” d’internet ? la déconnexion ?

Un flux ininterrompu d’informations en tout genre qui se télescopent jusqu’à s’auto détruire ?

C’est un peu l’amer constat qu’a pu faire Hossein Derakhshan après 6 ans de prison lorsqu’il a redécouvert internet et compris la déshumanisation profonde que ce média avait subi.

Pourtant, contrairement à son constat qui semble sans espoir, j’aime à croire qu’en dehors des gros poissons du web perdure une communauté active, avide de connaissance et de partage. Evidemment elle consomme l’information, mais elle la produit également et la transmet, sans attendre forcément sur un nombre X de clics ou de “likes” pour justifier son existence. C’est cette communauté là que j’aime à découvrir aussi au travers du net et des réseaux sociaux.

Tomber sur un blog intéressant, un commentaire pertinent ou un site original au détours d’un lien noyé dans un flux constant de données est toujours une redécouverte des richesses du world wide web.

Et c’est cela que je recherche en créant BrainRoster, devenir ce lien, ce commentaire, ce partage. Fédérer une communauté disparate et éclectique qui a des choses à dire, beaucoup, un peu ou passionnément et pas toujours le bon support pour le faire.

Le numérique, la technologie et même le jeu vidéo, sont notre futur et ils ont autant de bon à offrir que de terrible. Au final il nous appartiendra toujours d’en décider et BrainRoster est ma façon de m’impliquer dans ce futur et de décréter : j’ai aussi mon mot à dire !

Djianne

Rédactrice en chef de BrainRoster et présidente de BrainToaster. Particularités : grande maîtrise de la caféine en intraveineuse, -12 en diplomatie, pond environ 10 idées banco à la minute.

Vos réactions