E3 2017 - Conférence UBISOFT

Par Djianne / 14 juin 2017

Vive le Roi

Bien que chaque E3 je me moque gentiment d’UBISOFT pour ses conférences assez ringardes et souvent un peu ennuyeuses car trop centrées sur des jeux casuals à mon goût (genre Just Dance), le fait est qu’en général l’éditeur s’en sort toujours honorablement avec des line-up assez solides à défaut d’être excitantes.

Alors forcément la conférence du 12 juin a eu de quoi surprendre, et dans le bon sens du terme puisque Ubisoft a raflé la palme de cet E3.

Le contexte politique et commercial actuel du groupe après une difficile année 2016 sous la menace d’une OPA agressive par Vivendi a semble t’il fichu un coup de fouet à l’éditeur qui ne partira pas sans se battre.
Alors que l’on voit ou pas dans les jeux présentés pas mal de recyclage d’outils, idées ou moteurs de jeux précédents, personnellement je vois surtout la rage et la passion d’utiliser tous les moyens à disposition pour maintenir Ubisoft au top des acteurs du jeu vidéo actuel et démontrer sa soif d’indépendance. Ce à quoi je ne peux qu’applaudir.

De la hype encore de la hype

Déjà la conférence a été quasiment entièrement dirigée par Yves GUILLEMOT lui-même, plutôt habitué à rester discrètement en retrait et à n’apparaître que pour les effets d’annonces.
Le chef est là, le message est clair : pas touche !

La conférence démarre avec une première annonce extrêmement symbolique : Ubisoft & Nintendo qui lancent un jeu commun aux licences communes : Mario & Les Lapins Crétins (Mario + Rabbids Kingdom Battle) avec Miyamoto en guest.
Les deux derniers gros studios "familiaux" et traditionnels s’allient avec deux de leurs plus fortes licences pour créer - en plus - un tactical RPG.
Je n’ose imaginer le cahier des charges de ce jeu et les allers-retours entre les teams Ubi et Nintendo pour la validation de chaque détail ! La licence Mario quand même, l’image du groupe, son identité ! Et Mario a un flingue ! (un gros canon même) C’est - il me semble - la première fois dans l’histoire du personnage que celui-ci est concrètement armé.
Faut-il y voir un message caché ? :D

Mais bref, au-delà de toute la symbolique derrière la réunion de ces deux licences, le jeu lui-même a un très bon potentiel pour faire connaître le genre si intimiste du tactical RPG et initier les prochaines générations en douceur (ou satisfaire les amateurs éclairés pour changer d’un Xcom).
Ubi et Nintendo ont bien raison de ne jamais oublier les plus jeunes, car ne sommes nous pas la preuve vivante que nous grandissons marqués à vie par nos expériences vidéoludiques de jeunesse ? Au point que ça nous rend même vieux cons parfois "c’était mieux avant" tout ça ...

La suite fut assez pépère avec le passage obligé d’Assassin’s Creed Origins qui tournait sur PC.
Ce nouvel épisode remplace l’urbain par les grands espaces et cela devrait changer complètement la dynamique du jeu et du gameplay qui va devoir s’adapter à de nouvelles exigences de level design. L’IA semble toujours aussi "nobrain" mais c’est la tradition alors on pardonne.

La conférence enchaîne avec un trailer explosif de The Crew 2. Superbe ! Si le jeu sort dans cette qualité et sans les 50 patchs pour le rendre jouable, il a toutes les chances de devenir une référence du genre.

La minute WTF nous fut offerte par le cryptique Transference et son trailer creepy. Le jeu sera disponible en VR et nous plongera manifestement dans l’univers du transhumanisme et des dérives de la réalité virtuelle. Wait and see mais j’aime le pitch de base.
A noter que Ubi se paye le luxe d’avoir Elijah Wood en guest star du jeu... le jeu vidéo a le vent en poupe du côté des peoples.

Arrive ensuite la cinématique surprise de présentation d’un nouveau jeu : Skull & Bones où l’on incarnera un navire pirate dans un monde ouvert et multijoueurs axé manifestement plutôt PvP.
Assez bluffant je dois dire, le jeu est splendide pour une pré-alpha. Le gameplay semble toutefois tirer plus du côté de l’arcade que de la grosse simulation et j’espère qu’il y aura tout de même suffisamment d’exploration et du PvE.
Vous pouvez tenter votre chance en vous inscrivant pour la bêta fermée, sinon la sortie est prévue pour l’automne 2018.

L’arrivée juste après de Just Dance 2018 a détendue l’atmosphère. Que serait une conférence Ubisoft sans quelques individus bariolés qui se trémoussent sur scène ? Tradition oblige et puis n’en déplaise aux mauvaises langues Just Dance est une licence qui se vend bien.

On enchaîne avec le trailer de South Park the Fractured but Whole qui a conquis le public en quelques secondes. Ce nouvel opus semble encore plus barré que le premier, ça promet.
Et si vous en voulez encore un jeu mobile fut annoncé dans la foulée South Park Phone Destroyer. Ça sent la vente par cagettes...

Et paf encore une nouvelle IP avec Starlink : Battle for Atlas, qui nous transporte cette fois dans un monde ouvert situé dans l’espace et les batailles galactiques. Typé SHMUP la licence lorgne du côté des figurines genre Amiibo ou Disney Infinity en proposant de créer votre vaisseau en vrai pour le transposer ensuite dans le jeu. Four ou hit ? l’avenir nous le dira, mais la tentative est couillue sur un marché déjà bien encombré.

Du beau monde vient ensuite prendre 10 minutes pour nous parler de Steep et de sa mise à jour dédiée aux Jeux Olympiques d’Hiver avec la vraie licence (et ça ne doit pas être donné). Ayant très peu suivi la sortie et les retours de ce jeu je n’en dirai pas plus ne maitrisant pas le sujet.

Far Cry 5 vient réveiller tout ça avec un trailer et du gameplay aux petits oignons. La licence s’enfonce encore plus loin dans les noirceurs de l’âme humaine avec un décor sur fond de culte prônant la suprématie blanche dans une Amérique bien redneck. Le ton est donné et ce nouvel épisode ne fera pas dans la dentelle avec en prime de la coop.

Alors que l’on sent arriver la fin de cette conférence E3 déjà bien fournie, la lumière s’éteint pour une dernière surprise : Beyond Good and Evil 2 est en développement !
Wouuhous d’excitation dans la salle, emballage sur twitter, on atteint le point culminant de cette soirée avec une cinématique de présentation magnifique.
A noter que cette suite sera en fait une préquelle, ce qui laisse les mains libres au studio et ce n’est pas plus mal.
Certains pleurent déjà sur la nouvelle direction artistique mais au final rien ne dit que le jeu ressemblera à cette cinématique et l’on ne connaît encore rien des choix artistiques définitifs. Et puis comme dit plus haut, il faut peut-être un jour accepter que l’on ne soit plus au début des années 2000 non ?

Post-scriptum : difficile de croire que Beyond Good and Evil premier du nom fut un échec commercial cuisant à sa sortie.... On parle ici de l’effet Shenmue, ou comment un jeu auquel personne n’a joué est devenu le meilleur jeu du monde et le plus attendu.

Et ainsi s’acheva la conférence Ubisoft avec un moment émotion et câlins pour Michel Ancel - très ému - et l’équipe de développement du jeu venue le rejoindre sur le plateau pour un salut final.

Analyses de comptoir

Ne lésinons pas sur les mots : Ubisoft nous a offert un show plus que réussi. Et puisqu’il faut toujours un vainqueur à cet E3, pour moi c’est Ubisoft sans contestation possible.
Le mieux dans tout ça ? l’éditeur n’a pas renié son ADN. Tous les jeux annoncés ou présentés ont la patte du studio et il y en a pour tous les goûts.
De l’aventure, de l’action, de l’arcade, de la stratégie, du fun, du glauque, du sérieux... Si tous les jeux ne peuvent pas plaire à tout le monde il y en aura forcément au moins un qui vous aura parlé ou touché.
Le message est clair : Ubisoft est dans la place et compte bien y rester.

Djianne

Rédactrice en chef de BrainRoster et présidente de BrainToaster. Particularités : grande maîtrise de la caféine en intraveineuse, -12 en diplomatie, pond environ 10 idées banco à la minute.

Vos réactions